Je pense que notre génération se rend de plus en plus compte à quel point voter pour la droite, pour la gauche ou je ne sais quel parti ne sert plus à rien. On a complètement perdu confiance en nos politiques. Je ne pourrais même pas compter le nombre de débats politiques que j’ai eu avec mes amis et ou on était toujours d’accord pour dire qu’au final ce sont « tous des pourris ». Tous les scandales des membres du gouvernement ne nous ont pas aidé à la retrouver…

François Fillon qui engage sa femme en tant que conseillère parlementaire mais n’en fout pas une.

Nicolas Sarkozy qui reçoit de l’argent de l’ancien président Libyen.

Jérôme Cahuzac qui est mis en examen pour fraude fiscale et blanchiment d’argent.

Et là je ne parle que de la France, ne parlons même pas des grandes institutions internationales qui ne sont presque que du vent: de belles paroles mais pas grand chose derrière. (Pourquoi notre société n’accorde pas plus d’attention aux actes plutôt qu’aux paroles ?) (et puis ce n’est pas un secret qu’ils ont tous des conseillers en communication qui leur disent comment parler et comment bouger)

Tout ce que je vois aujourd’hui, c’est que le peuple se déchire entre gauche et droite (diviser pour mieux régner ?) et que tout le monde se renvoie la balle en disant que c’est l’autre candidat qui n’est pas réglo. Mais au final, ce sont les politiques qui gagnent. Au fur et à mesure, je me rends compte que c’est l’argent qui domine le monde. C’est à travers l’argent que l’on prend les grandes décisions. Un Etat n’investira pas dans un autre pays si ce dernier ne peut pas lui rapporter de l’argent. Les grands lobbies ne s’engageront pas avec un candidat politique si ce dernier n’instaurera pas des lois qui les favorisent.  Au final, c’est le peuple le plus grand perdant.

Comment faire pour voter au quotidien ?

Que ce soit clair: votre argent est votre bulletin de vote. A chaque fois que vous achetez quoi que ce soit, c’est un vote en faveur d’un système. Vous pourriez être contre ce système mais si vous y contribuez de manière économique, alors autant vous dire que ça ne sert à rien de râler.

Acheter un bien matériel, textile ou alimentaire devrait être un acte aussi réfléchi que lorsque vous choisissez de faire un don à une association. On est peut-être plus regardant vis à vis d’une association car il n’y a aucun échange mais acheter un bien d’une société a de plus graves conséquences.

voter argent

Les polémiques des grandes marques textiles...

Comprenez bien que lorsque l’on achète un vêtement, on montre indirectement qu’on est d’accord avec les valeurs de l’enseigne. H&M est l’une des marques les plus populaires en France et pourtant elle trimbale quelques casseroles: à lire ici et ici. Je vous encourage fortement à vous renseigner sur les marques et le made in Asia. Dans un monde bien capitaliste, celles-ci profitent du faible coût de la main d’oeuvre pour confectionner leurs vêtements. Et ce dans des conditions déplorables.

Les marques qui manquent (un peu) d’intégrité: Asos, H&M, Zara, Celio, Mark & Spencer, Nike,…

En réalité, on a la flemme de regarder les antécédents d’une marque. Et on souhaite simplement fermer les yeux sur ce qu’elles font pour pouvoir s’acheter ce pull qui met si bien la couleur de nos yeux en valeur, et qui ne coûte pas cher en plus. Payer plus pour avoir des vêtements de meilleurs qualité et qui dure longtemps, ne serait-ce pas une bonne option ? Malheureusement, dans cette société de consommation ou la mode change aussi vite que mes humeurs, beaucoup veulent payer le moins cher et avoir de la diversité dans leur garde-robe.

Les banques…

J’ai adoré un article de La Carotte Masquée et que je vous conseille d’aller lire: la banque éthique. C’est vraiment un des trucs sur lequel je ne me suis pas pris la tête, le choix de ma banque. A l’école on avait un partenariat avec une banque alors j’y suis restée. Puis, je suis partie au Sri Lanka et je n’ai pas trop réfléchi à ce qu’il se passait en France. Tout a commencé lorsque je suis tombée sur une pétition pour empêcher une banque de financer des travaux qui nuiraient à l’environnement. Je n’avais pas vraiment réalisé qu’une banque pouvait investir dans des projets qui allaient contre mes principes. Cette pétition m’est restée dans la tête et ce n’est que quelques mois plus tard que je me suis mise à lire dessus. Je pense que même si on n’est pas prêt à changer de banque ou de faire les démarches pour, il est important de se renseigner sur ce que cette dernière fait avec notre argent…

voter avec son argent

La slow consommation et le boycott: les solutions !

Quand est-ce-qu’on sera tous uni et qu’on dictera aux politiques ce qu’ils doivent faire ? C’est vrai que ça paraît utopiste ce que je dis. Et surtout pour les générations qui n’ont connu que le capitalisme. Je reste persuadée que le monde peut être meilleur s’il n’est pas régit par l’argent. En réalité, ce qu’il faudrait ce n’est pas de rendre le vote obligatoire mais de responsabiliser les citoyens sur leur mode de consommation.

« Arme non-violente, arme des sans-armes, utilisé jadis à l’encontre de l’Afrique du Sud, le boycott semble aujourd’hui remettre en cause la toute puissance de la consommation-reine », explique un collectif sur Rue89

L’argent est une arme qu’il faut utiliser intelligemment. Nous n’avons plus à agir en victime de nos politiques et pouvons reprendre en main le pouvoir qui en réalité ne nous a jamais quitté. Voilà pourquoi je vous mets quelques pistes de réflexions afin que vous puissiez vous faire votre propre avis:

« Chaque fois que vous dépensez de l’argent vous votez pour le type de monde que vous voulez » Anna Lappe

voter avec son argent

Le boycott n’a plus à faire ses preuves et représente un réel risque économiques pour les entreprises mais aussi pour les Etats. Gandhi avait très bien compris sont intérêts en 1930 lorsqu’il s’est opposé aux impôts sur le sel. Kodak a aussi retenu la leçon lorsqu’elle a fait l’objet d’un boycott internationale au début des années 1970 dû à son soutien pour l’apartheid en Afrique du Sud.

Cependant, à force d’être exposé à la misère du monde, on en vient à se dire qu’il est tout à fait normal et que nous ne pouvons rien y faire. Le professeur de marketing Americus Reed soutient d’ailleurs que « la fréquence avec laquelle nous sommes exposés à ces événements horribles décroît nos chances de percevoir un événement comme très grave. » Et pour juger un événement très grave, il faudrait qu’il soit plus rare. Et, grâce aux médias, peu des choses horribles qui se passent sur cette planète nous paraissent rares.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un tout nouveau problème: le gouvernement français souhaitant interdire les campagnes de boycott. Un souhait pas encore réalisé mais qui se profile de plus en plus. C’est à nous de faire attention et de ne pas accepter les lois.

Le vote pour les médias que l’on veut

Ce que vous lisez au quotidien, les journaux et magazines que vous achetez ont tout autant d’impact sur le monde que ce t-shirt Zara sur lequel vous avez craqué. En vous remplissant la tête de mauvaises choses, votre regard sur le monde va changer et c’est un message négatif que vous transmettrez inconsciemment à votre entourage. Le système fait que les médias nous donnent ce que nous voulons et si on arrêtait d’acheter leurs journaux ou de les regarder à la télé, on leur montrerait qu’on ne veut pas du monde qu’il nous dépeigne et surtout qu’on ne croit pas à leurs mensonges. Si vous, vous pouvez voir clair dans leur jeu, il n’en est malheureusement pas de même pour tout le monde. Et ceci est le plus effrayant puisque ces personnes crédules et/ou ignorantes propageront la haine à travers leur parole.

A force de cliquer sur ces liens au titre sensationnaliste et de les partager, vous donnez du pouvoir et encore plus de raisons aux rédactions d’écrire des articles dont l’effet peut être terrible. A force d’écrire des articles tous les jours sur les soi-disant musulmans extrémistes poseurs de bombes, tout le monde fini par penser que tous les musulmans sont des terroristes. Tous ces magazines féminins qui ne cessent de marteler que le célibat est une plaie rendent les femmes célibataires malheureuses. Il y aurait des milliers d’exemples de ce genre. Le plus important est de prendre du recul sur tout ce qu’on lit mais aussi de sortir et de vivre la vie, de rencontrer des gens et de se rendre compte que le monde n’est pas aussi dangereux qu’on voudrait nous le faire croire.

On peut se sentir parfois dépourvu et ne pas savoir quoi faire pour changer le monde qui nous entoure mais, en réalité, le pouvoir ne nous a jamais quitté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *