Autant je me doutais que ce serait difficile, autant je ne m’imaginais pas que ça le serait à ce point. Etre végétarienne, ce n’est déjà pas facile en France en terme de relations sociales, alors imaginez vous dans un pays musulman.

En juillet, je suis partie pour un mois en Tunisie afin de revoir une partie de ma famille habitant Tataouine (oui, c’est bien la ville ou a été tourné une partie de Star Wars) (au moins, c’est connu pour quelque chose). D’ailleurs, j’étais tellement excitée à l’idée de revoir ma famille et cette ville qui a tant marqué mes étés, que j’en avais oublié que j’étais végétarienne.

Quelques jours après mon arrivée en Tunisie et quelques débats au compteur, j’ai réalisé qu’il serait très difficile de convaincre qui que ce soit et que le fossé traditionnel/culturel était bien trop grand pour une quelconque compréhension. Il est très facile de trouver des arguments scientifiques pour expliquer son choix d’un nouveau mode de consommation éthique mais il est impossible de contrer des arguments d’ordre religieux et « contextuel » (un instant, je vais m’expliquer sur ce dernier mot que j’ai trouvé dans le dico et que je trouvais sympa à écrire).

Islam et religion: incompatible ?

« Une femme a été tourmentée en enfer à cause d’une chatte qu’elle avait enfermée jusqu’à ce qu’elle pérît. A cause de l’animal, elle entra en enfer. Elle ne l’avait ni nourrie, ni abreuvée alors qu’elle l’avait enfermée, ne lui laissant pas la possibilité de consommer ses proies. » (Al-Bukhârî, Muslim)

Les musulmans suivent le prophète Mohammed. Et si le prophète mangeait de la viande alors ils ne voient pas pourquoi ils devraient arrêter.

Dans l’Islam, les animaux ont un statut privilégié: ils ne doivent être en aucun cas maltraités, torturés ou choqués. Que ce soit dans le Coran ou via les paroles du prophète Mohamed, il est clairement mentionné que les animaux doivent tous être traités avec respect et amour. Même si certains animaux se trouvent sur Terre afin de nourrir les hommes, leur abattage est très particulier: l’animal ne doit pas comprendre qu’il sera tué afin de ne lui causer aucun stress et doit être tué avec une lame aiguisé qui lui épargnera toute souffrance.

Mon but n’a absolument pas été de contrer l’argument religieux car il est personnel et je n’avais aucun droit de le faire. Chacun fait comme il le veut. Chacun croit en ce qu’il veut. Je n’ai fait qu’expliquer à mes proches mes choix (maltraitance animale en France et ailleurs, santé et écologie) et ils l’ont totalement accepté. A aucun moment ils n’ont essayé de me faire changer d’avis. Une tolérance très agréable à vivre. Ils se demandaient tout de même comment je pouvais vire sans viande et si j’étais en bonne santé. Il faut comprendre que le nombre de végétariens à Tataouine doit être proche de zéro et que ce n’est pas quelque chose avec laquelle ils sont familiers. C’est un peu comme le mariage arrangé pour un occidental.

J’ai pas mal vagabondé de maisons en maisons afin de déjeuner et diner chez le maximum de membres de ma famille (et Dieu sait qu’elle est très très grande), ce qui me valait tout de même de l’appréhension car je ne savais jamais ce que j’allais pouvoir manger. Et surtout, je ne voulais pas gêner. Mais à ma grande surprise, tous m’avaient préparé un met à base de lentilles, de pois-chiche ou d’oeuf afin que je ne me sente pas exclue. En goûtant ce qu’ils m’avaient préparés, ils disaient même préférer ce plat à celui à base de viande.

Au final, tous ont acceptés mon choix de ne pas consommer de viande mais ils avaient un peu plus de mal pour autre chose: le sucre.

  • Leur thé est tellement sucré que j’avais l’impression qu’un diabète allait se déclarer.
  • Ils boivent du soda à tous les repas. Tous !
  • Ils servent des gâteaux arabes à chaque fois qu’un invité arrive. Et dire non et très difficile. D’abord parce que c’est mal vu et puis « comment résister ? » (Je me disais toujours qu’on ne vit qu’une fois) (on se déculpabilise comme on peut !)

 Une vie animale respectée

Tataouine est une région assez pauvre et très traditionnel qui connait de graves problèmes économiques. L’Etat ne met que très peu de moyens pour développer le Sud Tunisien et la majorité des richesses de la région sont « volées » par la France (La Tunisie est un ancien protectorat de la France). D’ailleurs, Total est omniprésent en Tunisie ainsi que d’autres grandes entreprises françaises. Cette situation n’est pas inhérente à la Tunisie et elle est même plus grave dans d’autres pays africains.

Revenons à nos moutons. Il n’y a aucun OGM à Tataouine (j’ai rarement goûté des légumes aussi bons) et les animaux sont élevés en plein air. Ils sont nourrit de manière naturel (aucuns engrais chimiques) et c’est pour cela que je devais les trouver un peu plus maigrichons que ce que je pouvais voir en France.

Ainsi, l’argument de la maltraitance animale est très difficilement recevable. De même que celui assénant que l’animal est nourrit aux médicaments.

Des arguments possibles ?

Au fur et à mesure de mes rencontres et de mes discussions, tous étaient unanimes sur un point: la sur-consommation est mauvaise pour la santé. En effet, comme je le mentionnais précédemment, le prophète mangeait de la viande MAIS pas tous les jours. Un détail très important que tous reconnaissent. Le prophète mangeait de la viande avec parcimonie car ce dernier mettait un point d’honneur à prendre soin de son corps et de sa santé. Il reconnaissait que cette sur-consommation pouvait lui causer des troubles.

Au final, aucun argument ne pourra faire changer d’avis un musulman de Tataouine. Peut-être ailleurs dans le monde ? Peut-être les musulmans de France pourraient considérer les arguments de la maltraitance animale (dans les abattoirs ? pour les cosmétiques ?), de la santé ou de l’environnement ?

Et les musulmans de France ?

En France, les musulmans représentent entre 5 et 8 millions de la population. Apparemment. Et il est vrai que je ne me suis ramassée que des murs lors des débats sur le végétarisme. Pour eux, il n’a jamais été question de remettre en cause le fait de manger de la viande. Pourquoi le ferait-il ? Leur religion ne les en empêche pas. Sauf le porc. Le point positif c’est que a fait déjà des millions de vies de cochons épargnées. Merci aux juifs aussi.

Le seul argument possible que l’on peut leur asséner est que le végétarisme est la meilleure option pour la protection de la planète. Et surtout, que les animaux sont maltraités (On essaye de jouer sur la corde sensible au max). Bien sûr, ce n’est pas gagné puisque musulmans ou pas, peu comprennent que même s’ils ne tuent pas la bête directement, ce sont eux qui ordonnent son exécution. Ils payent pour le monde dans lequel ils vivent: celui de la violence animale et de la destruction de la planète.

Le mieux est de faire de prendre conscience de ce que l’on fait et d’agir au mieux car nous sommes tous inter-connectés et que la Nature nous le fera payer un jour.

Articles recommandés

Interview de Kreezy R sur le rapport entre l’animal et l’Islam

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *