Quand j’étais petite, j’avais du mal à savoir si le poisson était considérée comme de la « viande ».

Je vais être honnête avec vous: au début de mon végétarisme, je ressentais quand même plus de pitié pour la vache que pour le thon (et encore moins pour les crustacés…). J’en ai parlé à une copine végétarienne aussi et elle s’est sentie soulagée de ne pas avoir été la seule dans ce cas là. Moi aussi je me sentais soulagée d’ailleurs mais j’ai fait genre que j’avais confiance en moi et que j’assumais.

Et puis contrairement à beaucoup d’autres personnes, ce n’est pas la viande qui m’a le plus manqué, mais le poisson; et plus particulièrement, le saumon. J’en raffolais tellement que je mangeais au moins une fois par semaine au restaurant japonais. A chaque fois que je sortais voir un ami, je lui donnais rendez-vous au resto jap. Dire au revoir au chirachi saumon a été un déchirement dans ma vie culinaire.

Du problème de définition…

Il m’est arrivé plusieurs fois de me retrouver avec des amis qui comprennent que je puisse ne pas manger de la viande mais sont complètement choqué que je ne mange pas de poissons. « Le poisson ça devrait aller, non ? », « Ce n’est pas horrible et c’est bon pour la santé »… Et puis, il y a ceux qui ne connaissent pas la définition du végétarisme.

Du coup je me suis dit que j’allais faire un petit résumé rapide des différent « végéta*isme »:

  • Un végétarien ne mange ni viande ni poisson.
  • Un végétalien ou vegan ne mange ni viande, ni poissons, ni toutes autres aliments ayant une source animale (les oeufs viennent de la poule, donc on mange pas) (le miel vient des abeilles, alors on y touche pas, surtout vu comment elles se battent pour le garder).
  • Un pescitarien ne mange pas de viande mais mange du poissons (de la racine « pesci »… j’ai fait latin au collège donc j’en profite pour le montrer ici…).
  • Un flexitarien mange de tout… avec parcimonie. (c’est déjà mieux que de manger trop de viande ou de poissons)

Donc là je pense qu’on a fait le tour. Je ne vais pas aborder les frugivores et ceux qui ne mangent que de la « raw food » (= cru). Moi ça me parait quand même être à un autre level de nutrition et je ne me suis pas encore vraiment renseigné sur le sujet. Ça doit sûrement avoir ses raisons…

Honnêtement, il y a autant de végétarisme qu’il y a de végétariens sur cette Terre. Et c’est tant mieux ! (chacun fait comme il le sent et de son mieux: c’est comme cela qu’on avance)

Il y a ceux qui mangent végétarien à la maison mais ils s’accordent de la viande ou du poissons de temps en temps au resto.

Il y a ceux qui mangent du poissons lorsqu’ils sont en bord de mer. (surtout quand on vit au Sri Lanka et que tous tes amis vont choisir leur poissons) (mais j’ai pas cédé et ça ne m’a pas manqué de toute façon)

Il y a ceux qui se disent végétariens mais qui mangent du poissons.

Il y a ceux qui sont végétariens mais qui mangent les restes de viande ou de poissons des assiettes de leurs amis au resto pour ne pas faire de gâchis. (ça peut être une idée…)

Et il y a ceux qui sont végétariens mais qui ont trop du mal à arrêter le saumon. (genre moi !)

Bon vous avez compris, les gens ont repris la définition du végétarisme à leur sauce. Je trouve ça plutôt pas mal afin que petit à petit ils trouvent leur marque et puissent être heureux et en accord avec ce nouveau mode d’alimentation.

… A la difficulté d’empathie.

Comme je le disais, j’ai plus de peine à voir mourir une vache qu’un saumon ou un thon. Mais je me suis mise à réfléchir et à me demander pourquoi je pensais comme ça et surtout que ce n’était pas vraiment cohérent.

  • Les poissons sont dans un monde que nous ne connaissons pas (=le monde marin). Disons qu’on aurait plus de mal à s’identifier à eux (et encore pire pour les crustacés)…
  • Nous sommes moins en contact « physique » avec eux (contrairement à une vache ou un petit cochon qu’on a presque tous eu l’occasion de caresser à un moment de sa vie) (merci aux sorties scolaires dans les fermes lorsque j’étais en primaire)
  • On a l’impression que ce sont des êtres vivants dénués de tous sentiments.

Mais ce qui a fait tilt dans mon cerveau, c’est que je suis la première à dire que c’est « assassin » de tuer les baleines ou les requins alors que je me permets de manger d’autres espèces marines (enfin du saumon plus précisément). C’est exactement comme trouver cela affreux tous ces peuples qui mangent du chien alors qu’on se permet de manger de la « vache » (non ce n’est pas du boeuf) ou du « cochon ».

Un univers marin qu’il nous faut connaître…

Comme j’avais vraiment du mal à arrêter le saumon même en sachant que c’était l’animal marin le plus contaminé alors j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes et me renseigner un minimum sur les raisons pour lesquelles il fallait arrêter d’en consommer.

  • Les animaux marins ont des sentiments, ressentent des émotions et créent des liens sociaux.

Même si l’on pourrait se dire que les animaux marins nous sont totalement différents ils ne le sont tout de même pas vraiment. Ok, je suis d’accord, eux ils vivent dans l’eau mais cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de sentiments. Ils ont des émotions tout comme les vaches ou les cochons. Ils ne veulent pas mourir…

  • La sur-pêche est un problème pour l’environnement.

Bon l’environnement c’est l’un des arguments le plus important mais qui touche le moins de monde. Moi la première. Même si je fais des efforts, je trouve quand même que notre société se désintéresse énormément de l’écologie. Soit parce qu’il y a d’autres problèmes (l’argument du « on ne peut pas tout régler en même temps »), soit parce qu’on s’en fiche. Il n’y a qu’à le voir dans les programmes politiques des anciens candidats…

En gros, on pêche beaucoup trop de poissons ce qui fait qu’ils sont de moins en moins nombreux. Nous sommes en train de vider les océans. Et cela risque d’entraîner l’extinction de certaines espèces et de détruire la flore marine.

  • La barbarie de la pêche

Il m’est arrivé une fois dans ma vie d’aller à la pêche mais à l’époque ça me paraissait totalement normal de leurrer les poissons et de leur mettre un hameçon dans la « bouche ». Aujourd’hui, j’ai un peu plus de mal. Disons que j’ai un peu plus de facilité à m’imaginer leur douleur. D’ailleurs, pouvoir se mettre à la place d’un animal qui ne nous ressemble pas et d’imaginer sa douleur n’est pas chose facile et cela s’apprend… Juste de m’imaginer un hameçon me transpercer la bouche, ça me fait extrêmement mal au cœur. Cette douleur doit être horrible !

Et puis les pauvres leur calvaire ne s’arrête pas là puisqu’ils agonisent pendant plusieurs heures et sont ensuite écorchés à vif avec un couteaux.

Je ne vais pas en rajouter plus. Ou peut être que si. Enfin, je ne parlerai pas des crabes qui sont ébouillantés. Ou des pauvres tortues qui se retrouvent prises au pièges dans les filets. Ou les baleines qui sont tués sauvagement pour le plaisir. L’homme a quand même des idées assez cruelles tout de même…

  • Le poisson est mauvais pour la santé

C’est comme pour la vache, les poissons que l’on mange ne nous font pas que du bien. Ok, c’est bon mais on a quand même envie de prendre soin de soi, de vivre le plus longtemps en bonne santé , non? Ces bêtes marines sont bourrées de produis chimiques: chlore, antibiotiques, dioxyde de carbone…. la totale quoi !

Bon, je pense que j’ai assez écrit et en écrivant ces mots cela m’aide à trouver la force d’arrêter. J’essaye de ne pas être égoïste et de faire de mon mieux dans tous les cas. Je n’ai d’ailleurs plus mangé de saumon depuis 1 an et demi puisque j’étais au Sri Lanka (ça rend les choses plus faciles…). Mais je suis désormais revenue en France et la tentation se fait grande. Mais je vais y arriver parce que je suis une championne (comme me le disait mon coach lorsque je m’apprêtais à relâcher l’effort)!

 Et vous, il ressemble à quoi votre végétarisme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *