Mais qu’est-ce-qu’ils peuvent être chiants les vegans parfois ! Et moi la première !

Tout commence lorsque je fais la connaissance d’une vegan qui m’avait parlé du pourquoi du comment elle l’était devenue. Comme j’étais dans ma phase « healthy » et que je commençais à m’intéresser à la nutrition, j’ai décidé d’y jeter un coup d’œil. Et là, ça a été la révélation !

Ça a tellement été la révélation que je suis devenue végétarienne du jour au lendemain. Au bout de quelques mois de végétarisme, j’étais devenue une vraie militante: j’en parlais à tout le monde autour de moi et je partageais même les posts Facebook des pages vegans (la meuf reloue…).

A force de voir toute cette souffrance animale, je ne pouvais plus me taire. Alors j’en parlais de plus en plus mais pas de la même manière: il fallait que tout le monde change ! Hors, je me suis vite rendue compte que ça ne marchait pas du tout comme ça dans la vie. Je me suis retrouvée face à des gens qui ne remettaient pas du tout en cause leur mode d’alimentation et, pire, ne prenaient pas du tout le veganisme au sérieux. A la limite, ce n’était qu’une simple mode, un truc de bien-être. J’étais frustrée et me sentais impuissante… Pourquoi on ne pensait pas comme moi ? Pourquoi ils fermaient les yeux face à la souffrance de ces pauvres bêtes ?

A partir de ce moment-là, je suis entrée dans une spirale prosélytiste ou je défendais mes idées et ma façon de voir la vie à qui voulait bien l’entendre. J’étais à la limite de me présenter en disant que j’étais végétairenne. (Non j’abuse un peu là quand même… :D)

Enfin bon, tout ça pour dire que les vegans peuvent parfois ne pas être faciles et se laisser submerger par le combat qu’ils portent, qu’ils ont décidés d’incarner. On est pressé par le temps car des milliers de pauvres bêtes sont tués et qu’on doit à tous prix les sauver. Les vegans reprochent aux omnivores de ne pas considérer les animaux et les omnivores reprochent aux vegans de leur imposer leur mode de vie.

Les vegans peuvent être facilement frustrées et se sentir impuissant face à ces personnes qui ne partagent par leur considération. Alors que les carnistes vont complètement se fermer à ce mode de vie et s’arrêter à la mauvaise image donnée par le vegan. Résultat, personne n’est content !

Les vegans sont-ils méchants ?

Avec notre entourage

Les premières personnes à qui nous allons parler de notre veganisme est bien évidemment à notre entourage le plus proche: famille et amis. Inutile de dire que ma famille ne me prenait pas du tout au sérieux. J’adorais la viande et je ne concevais pas un repas sans. Quant à mes amis, ça allait. Ils comprenaient parfaitement tant que ça ne les empêchait pas de manger leur entrecôte.

Ah oui t’as raison, on fait trop de mal aux animaux. Mais la viande c’est trop bon, tu vois ? – ami à demi convaincu

Sauf que je ne me suis pas juste contentée d’être végétarienne. Je suis devenue une militante de la cause animale. J’en parlais autour de moi, ce qui m’a valu quelques débats bouillants. On se parlait sans s’écouter, chacun tentant de convaincre l’autre a coups d’arguments plus scientifiques les uns que les autres. Le problème est que chacun campe sur ses positions et on ne s’écoute pas. C’est davantage un monologue a deux qu’un dialogue (je ne sais pas si ça a du sens mais vous voyez ce que je veux dire…). Au final, la haine amène la haine et certains vegans finissent par dénigrer leurs proches. On se permet parfois d’être plus dur avec nos proches qu’avec des inconnus…

Le paradoxe est que nous aimons ces personnes pour leurs qualités (logique !) mais on reste frustré car elles consomment toujours de la viande. Par exemple, mes parents mangent de la viande et pourtant ce sont des gens biens. De même pour mes amis… Comment faire ? La bienveillance est clé ! Et le yoga aussi, parce que parfois j’entends des choses qui me font décollées les cheveux du crane…

Sur les réseaux sociaux

La libération de la parole haineuse sur les réseaux sociaux est un réel problème de société. Et ce, quelque soit le domaine. Tout le monde se permet des commentaires qu’ils n’oseraient pas du tout dire en face. Et malheureusement, les vegans ne dérogent pas à la règle. Malgré leur combat pour la compassion envers tous les animaux, ils arrivent à être désagréables et parfois agressifs avec ceux qui ne partagent pas leurs idées ou qui n’en font pas assez à leurs goûts.

La violence verbale n’a jamais fait avancer les débats. Et pire, elle encourage les personnes à rester sur leur position et à se fermer à tout changment. Il en est de même pour les vegans. On peut légitimement se demander pourquoi une personne qui se bat pour l’empathie et la bonté peut-elle se monter aussi hargneuse envers ses semblables ?

Le problème des réseaux sociaux est qu’on est tous des inconnus les uns pour les autres et que le jugement est de plus en plus rapide. Si je ne connais pas la personne qui m’insulte, je vais immédiatement penser qu’elle est mauvaise et la réflexion n’ira pas plus loin. Or, c’est un être humain avec une histoire et ses propres valeurs.

Les végétariens se retrouvent aussi parfois confrontés aux vegans. Bah oui, pourquoi ne sont-ils pas vegans ? Pourquoi arrêtent-ils de manger de la viande mais consomment du fromage ? Il en faut toujours plus. J’ai longtemps été végétarienne et donc il m’a fallu plus de temps pour réaliser que le veganisme est ce qui convenait le mieux. Changer ses habitudes peut être difficile et chacun y va à son rythme.

Internet ne manque pas de ressources pour trouver des récits contre les vegans ! Certains blogueurs n’hésitent même plus à parler de leurs mauvaises expériences avec ces derniers. A lire ici si vous êtes curieux!

Militants pour la cause animale 

Etre vegan est autant un choix éthique que politique. Nous ne souhaitons plus la mort des animaux à des fins culinaires ou vestimentaires, rien que pour le plaisir de l’homme. Alors oui, on milite, on en parle autour de nous et on le revendique. Le veganisme devient une partie de nous !

Avant d’être vegan, nous sommes des personnes comme les autres avec nos qualités et nos défauts. Nous sommes juste un groupe de personnes venant de tous bords qui est animé par le même but: stopper la souffrance animale !

C’est un peu comme les suffragettes ou les citoyens qui se sont battus pour le droit à l’avortement. Pour moi, le veganisme est exactement la même chose. Alerte sujet sensible ou l’on va me dire « mais tu ne peux pas comparer l’avortement au veganisme ». Tous les combats sont différents mais ils sont tous essentiels !

On fait quoi maintenant ?

Dessert la cause animale

L’aggressivité est l’ennemi de la cause animale. Les carnistes que nous essayerons de convaincre ne retiendront de notre discours que l’attitude que nous avons adopté pour leur en parler.

Le veganisme est quelque chose qui est au-dessus de l’individu. La cause prend le dessus sur l’homme. Il s’oublie et utilise la « violence verbale » pour se faire entendre. Sauf que c’est complètement contraire au message d’amour et d’égalité que nous souhaitons faire passerLes animaux doivent être traités avec douceur, tout comme les hommes que l’on tente de convaincre. Un peu comme les Femens qui montrent un aspect extrémiste du féminisme et donc qui desservent un peu la cause (à mon goût…).

Diffuser la compassion

Le défi du vegan est d’apprendre à partager sur son mode de vie avec bienveillance et douceur. Si nous souhaitons partager nos valeurs, il faut d’abord les incarner. On ne peut pas promouvoir la compassion en étant irrespectueux.

Il y a quelques mois, lorsque j’étais toujours végétarienne, il m’est arrivé d’être presque insulté sur Facebook car j’avais du mal à devenir vegan. Comme quoi, les vegans peuvent aussi manquer de tact lorsqu’ils s’adressent à quelqu’un qui fait plus ou moins parti de leur camp. Mais heureusement, tous les vegans ne sont pas méchants. Comme on dit, un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse !

L’homme n’a pas envie de se voir dire qu’il a tort et encore moins de le reconnaître. C’est comme dans un débat politique ou l’un des candidats dirait « ah mais oui t’as raison, je vais changer de camp! ».

Mauvaise image des vegans… et du veganisme

J’ai lu tellement d’articles à charge contre les vegans que je ne les compte même plus. Heureusement que ça a été bien après que je sois devenue végétarienne. Sinon, qui sait ce qu’il se serait passé ? Il suffirait de lire un article mauvais, et on en oublierait tous les bienfaits de ce mode d’alimentation.

A travers le veganisme, les vegans peuvent se sentir unique et comme des personnes qui détiennent la vérité vrai: que le veganisme est le futur de l’alimentation ! Qu’ils ne sont pas des moutons de la société! Honnêtement, si une personne essayait de me faire croire que son mode de vie était le meilleur en me gueulant dessus, je ne pense pas que j’aurais envisagé de me renseigner sur ses arguments.

Entre eux, les vegans peuvent aussi entrer dans une course à celui qui sera le meilleur vegan. Celui qui alliera le plus de monde à notre cause. Ainsi, ils oublient complètement qui ils étaient auparavant: des carnistes.

Moi je suis quelqu’un de bien parce que je suis un meilleur vegan que toi ! – vegan un peu méchant

Comment s’y prendre ?

La meilleure solution: avoir des réponses claires et argumentées à toutes leurs questions avec bienveillance. A force de se l’entendre dire, ils finiront peut-être par se renseigner. Un peu comme nous au début ! Ça me fait penser à l’écologie qui n’était pas du tout prise au sérieux il y a encore quelques années alors que désormais tout le monde (ou presque) recycle et trie ses déchets. Faut juste que ça fasse son petit chemin dans la tête !

Et puis à tous les omnivores qui ont croisé la route d’un vegan énervé, pensez à faire la différence entre la personnalité du vegan et son combat. Il faut faire la différence entre le fond et la forme. Il n’est pas mauvais dans le fond, il veut juste protéger les animaux.

Bon, je suis partie un peu dans tous les sens, mais vous aurez saisi le message… j’espère !

Soyons bienveillants et patients !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *