A chaque fois que je me retrouve à la Fnac, je ne sais jamais quoi prendre. Je zone dans les rayons et il m’arrive d’y rester une heure à lire toutes les quatrième de couverture pour juger lequel des livres vaut vraiment le coup que je l’achète. J’ai tellement peur de me tromper que je finis par repartir bredouille et de me dire que la prochaine fois je chercherai d’abord sur Internet avant de venir perdre mon temps. Sauf que j’oublie et que je me retrouve à chaque fois à la Fnac sans savoir quoi prendre et à lire 50 livres sans rien acheter.

Déjà, certains livres ne sont pas donnés. Puis, je suis tombée sur tellement de livres qui ne me captivaient pas du tout que je suis devenue méfiante envers moi-même et les quatrième de couverture.

Il vous est déjà arrivé de lire un super livre et de vous rendre compte que le petit résumé ne lui faisait pas du tout honneur ? Il en est de même pour l’inverse.

Il y a aussi les livres qui ont une super réputation, que tous les magazines vous disent qu’il faut absolument lire. Et dès que vous l’avez lu, bah il est nul. Ou en tout cas, il ne vous fait pas le même effet qu’aux autres…

tolteque

A la recherche des quatre accords Tolteques…

En attendant ma mère pour déjeuner avec elle, je suis passée à la Fnac pour patienter. Bien évidemment, je n’avais pas fait mes recherches préalables pour acheter un livre qui pourrait m’intéresser.

Sauf que là, j’ai vu le fameux livre de Don Miguel posé soigneusement à coté de tous les Best-sellers avec un petit écriteau mentionnant qu’il a déjà transformé la vie de millions de personnes. Bon, je me dis que s’il y a eu autant de monde à la vie bouleversée alors, peut-être, que moi aussi ma vie sera bouleversée… Et puis, j’en avais entendu parlé par la YouTubeuse Georgia Horackova… (celle qui propose plein de livres cool sur le développement personnel)

Que votre parole soit impeccable…

Déjà quand t’es française, t’es un peu dans la merde je dirais. On est les pros pour se plaindre. Y a pas un jour ou je ne me plains pas: « il pleut toujours dès que je veux me faire un brushing », « j’ai jamais de chance », etcetera etcetera…

Chaque parole que nous disons émet une énergie qui peut nous être bénéfique comme nous desservir. On en retient qu’il faut parler de nous et des autres de manières positives à tout instant. Désolée, mais faudra arrêter les sessions gossips avec les copines et les copains !

N’en faites pas une affaire personnelle…

On ne peut pas juger les actions de quelqu’un en fonction de nos propres valeurs, nos opinions et nos expériences personnelles. Chacun réagit aux situations en fonction de son vécu. Ainsi, il est difficile de porter des conclusions sur ce qu’une personne de notre entourage fait…ou non.

Si quelqu’un nous dit quelque chose que l’on pourrait juger « mal », cela ne veut pas forcément dire que cette personne est mauvaise. Les Sri Lankais n’hésitent souvent pas à nous dire des choses qu’on pourrait mettre dans la catégorie des « oulala c’est pas sympa ça ». Il m’est arrivé qu’une collègue me touche le ventre et me dise devant tout le monde que j’ai grossi. On en rit jaune, je vous le dis !

Ne faites pas de suppositions…

Si vous voulez vivre en paix, autant intégrer ce concept rapidement. Et, je me mets bien évidemment dans le lot. Je suis la pro des suppositions. Il faut que je décrypte chaque faits et gestes de mon entourage et généralement ce n’est jamais très bon. Je ne sais pas pourquoi, mais mon cerveau a tendance à s’allier à la supposition la plus négative qu’il soit. « Il n’a pas répondu à mon texto ? Ah bah c’est certain il s’en fiche de moi ! ». D’ailleurs, une étude que j’avais lu je ne sais plus ou (à vérifier) mentionnait le fait que le cerveau va plutôt choisir l’option négative plutôt que celle ou des éléments extérieurs interviennent. Vous me suivez ? En gros, si quelqu’un ne répond pas à votre texto, vous serez plus enclin à vous dire que cette personne ne peut pas vous répondre plutôt qu’elle n’a pas pu car elle travaille ou qu’elle dorme (par exemple).

Vous l’aurez compris les amis, on arrête de se faire des films sur ce que font les autres et on se re-concentre sur soi-même et ses objectifs de vie. Tout ce qui est à l’extérieur de nous ne peut être modifié mais notre façon d’y réagir ne tient qu’à nous.

Faites toujours de votre mieux…

L’auteur nous encourage à toujours faire de nos mieux lorsqu’il s’agit des 3 premiers accords. Il est évident qu’on aura du mal au début mais c’est toujours le premier pas le plus difficile. Il faut être conscient de nos pensées et savoir prendre du recul sur celles-ci.

C’est comme à la boxe, il faut pratiquer pour devenir meilleur. Si on fait le même enchaînement des centaines de fois, notre corps finira par l’assimilé et ça deviendra un réflexe. Il en est de même pour le cerveau. Il faut habituer son cerveau à suivre ces accords sans jamais être trop dur avec soi-même.

quatre accords tolteques

L’avantage de ce livre c’est que l’on peut le lire plusieurs fois. A chaque fois qu’on a un coup de mou, il nous permet de relativiser tous nos problèmes et de se re-concentrer sur le principal: nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *