Comme vous le savez déjà (et étant l’un des sujets principal de ce blog), le Yoga a révolutionné ma vie autant physiquement que spirituellement. Physiquement car même si cela ne se voit pas au premier abord, j’ai gagné en souplesse et j’effectue de mieux en mieux des postures qui nécessitent une certaine force dans le haut du corps (c’est un peu le point faible des femmes en général). Et spirituellement parlant car je me sens tellement mieux dans ma tête. Il y a réellement un avant et un après yoga dans ma vie. J’ai décidé d’écrire cet article afin d’y noter tous les enseignements que  j’ai réalisé via ma propre pratique du Yoga mais aussi ceux que l’on m’a transmis grâce yogis et yoginis que j’admire. J’ai réalisé qu’il était primordial de vivre les choses pour les comprendre et que c’est en comprenant ce que nous apporte le yoga qu’on peut l’intégrer dans nos vies et en récolter les bénéfices.

Enjoy ! (je compléterai cet article au fur et à mesure de mon apprentissage)

On change, qu’on le veuille ou non

Je ne suis pas la même qu’il y a 6 mois et je ne serais pas la même dans 1 an. Que ce soit physiquement ou mentalement. On se nourrit de nos expériences quotidiennes, on se défait de certaines relations et on prend, ou pas, du poids. Le Yoga m’a permis de réaliser d’un point de vu physique que j’arrivais à tenir des postures dans lesquels j’avais du mal il y a de cela quelques mois. J’ai progressé sans m’en rendre compte. Et ça me rend fière de moi. Ça me rend plus confiante et ça me donne la force de continuer à avancer.

Tout ça pour dire que même si au quotidien on ne s’en rend pas forcément compte, on change, on évolue autant physiquement que mentalement. Et le yoga est une belle métaphore.

Ne jamais abandonner

Je ne compte même plus les fois ou je me suis assise sur mon tapis de yoga à regarder tous ceux autour de moi réaliser des postures d’inversion qui me semblaient impossible à faire pour moi. Je ne pouvais pas le faire et c’était comme ça. Je refusais de m’y aventurer à chaque fois que le prof de Yoga venait vers moi. On en a discuté et il m’a tout simplement dit que si je n’y arrivais pas c’est parce que je me mettais des barrières. Et si je voulais y arriver il fallait tout simplement que je m’y mette. Je ne pourrais peut-être pas faire d’inversions du premier coup. Mais qui sait, à la centième j’y arriverai peut être. Et j’y suis arrivée. Moral de l’histoire, on se bouge les fesses même si ça nous paraît impossible. Il n’y a que le premier pas qui est difficile.

S’écouter

Ecouter son corps et son intuition est à la fois simple et compliqué. Déjà avec le rythme de vie que l’on se tape dans notre société c’est compliqué mais alors on trouve ça ennuyeux de se poser quelques minutes et de faire son auto-checking. On ressent toujours le besoin d’orienter notre esprit sur quelque chose.

Au Yoga, j’ai remarqué l’importance d’écouter son corps. Lorsqu’on sent que son souffle est coupé, que l’on tire trop sur un muscle ou que l’on se fait du « mal », alors on apprend à s’arrêter et à être plus tendre avec soi-même.

L’échec n’existe pas

Comme je le disais auparavant, on évolue, on change. Et ce, en fonction de nos actions précédentes et de nos croyances sur nous-mêmes. Au Yoga, il n’y a pas d’échecs, il n’y a que des petits pas vers un grand objectif. On essaye jusqu’à tant qu’on y arrive. Et si on se retrouve en difficulté, on essaye avec d’autres méthodes. Parfois, il me suffit que mon prof choisissent certains mots particuliers pour que je comprennent exactement comment mon corps doit s’y prendre pour progresser dans telle ou telle asana (=posture). Alors relax, ris de tes nombreux échecs et persévère.

L’échec est banalisé grâce au yoga car on apprend à rire de nos nombreuses chutes avant de finalement réussir à faire ce headstand tant voulu. On a compris qu’on allait forcément tomber avant d’y arriver et il en est exactement de même dans la vie.

La patience

Très très difficile pour moi et beaucoup d’autres je pense. Je veux tout et tout de suite. Depuis toujours mais ces derniers temps je comprends à travers ma pratique du yoga et mon corps, plus précisément, que si je force trop sur une posture je risque de me faire mal. Il faut que je prépare mon corps. Impossible de commencer un flow de yoga par un grand écart: il faut s’étirer petit à petit, d’échauffer les muscles pour y arriver en fin de séance. En même temps, je profite du process puisqu’il est plutôt agréable et qu’il me fait du bien au corps grâce aux respirations.

Les mauvais moments passent 

Tenir une position au yoga n’est pas toujours simple, on oublie sa respiration, on tremble et on est très souvent tenté de lâcher. Et quand on trouve la force en nous pour continuer, alors on est tellement fier de nous à la fin. Et au fur et à mesure de ces postures challenging, on se rend compte qu’elles nous ont construit, qu’elles nous ont rendues plus forts et prêts pour l’étape suivante.

Désormais, je sais que tous les mauvais moments ont une fin, qu’il faut juste respirer et attendre. Faire ce qu’il y à faire et ne prendre que le positif. « This too shall pass« .

Articles recommandés:

J’ai eu un coup de cœur pour le site de Deepak Chopra. Il regorge d’articles bien-être et yoga. D’ailleurs, l’un d’entre eux m’a marqué et m’a fait réalisé à quel point on peut apprendre grâce à toutes les postures, qu’elles ont un sens magique: à lire ici !